......***** Degré Vingt-deux............

Chapitre 22 :

Bill et Tom se revirent plusieurs fois pendant la semaine qui suivi, en fait, à chaque fois que Thomas devait aller quelque part, Bill appelait Tom, qui s'empressait de venir le chercher et de l'emmener dans un endroit que l'androgyne n'avait jamais vu, et qui lui plaisir immédiatement.

Le vendredi soir, Thomas et Bill mangèrent ensemble au restaurant de l'hôtel, et en le regardant manger, Bill se rendit compte qu'il ne se sentait même pas coupable de tromper Thomas, parce que c'est ce qu'il faisait en fin de compte, mais la seule chose qui était claire dans sa tête, était le fait qu'avant que Tom ne le séduise et ne le remette à lui, Bill ne connaissait Thomas ni d'Eve, ni d'Adam, et ce, malgré ses dires. Dans sa tête se promenaient des images de lui et de Tom, 18 mois plus tôt, comme celles des derniers soirs de cette semaine, et il ne regrettait rien. Il l'aimait, c'était aussi simple que ça.

Il revint à lui quand Thomas leva la tête de son assiette et lui sourit doucement. Bill se força à faire de même, et se rendit vraiment compte que rester avec Thomas allait être extrêmement pénible, tout lui semblait fade sans Tom ...

Thomas : Bill, Bébé, j'ai encore une réunion ce soir et demain dans la matinée, donc je vais partir après le dîner et je ne pense pas revenir à l'hôtel ce soir ... ... mais on se voit demain après-midi, c'est promis !

Bill baissa la tête et laissa échapper un sourire mi-amer, mi-rêveur.
Thomas le délaissait complètement depuis qu'ils étaient à New York, et ça lui faisait un peu de peine, mais d'un autre côté, ça lui laissait une nuit pour être avec Tom. Il feignit la tristesse.

Bill : Euh ... Oui, je comprends.
Thomas : Ne sois pas triste ...


L'androgyne serra les poings.
D'accord, il ne culpabilisait pas de le tromper, mais Thomas le délaissait complètement !

Bill : Je ... J'ai comme l'impression de ne pas t'avoir vu du tout cette semaine. Lâcha-t-il d'une petite voix en regardant la table à côté.
Thomas : Je sais, mais quand nous rentrerons à la maison, je serais là tous les soirs, je te le promets.

Il posa une main sur son poing crispé sur la nappe beige et caressa lentement ses phalanges. Sa légère colère passa quand il pensa à Tom, et il se détendit, lançant un bref regard à Thomas avant de dégager sa main de la sienne. Thomas fronça les sourcils, puis regarda sa montre et finit rapidement son assiette avant de se lever précipitamment.

Thomas : Je dois y aller. Dit-il mal à l'aise, déjà debout. Mais prends un dessert ... ou un thé, ou ce qui te plaît.

Bill le fixa sans un mot, le regardant danser d'un pied à l'autre sans aucune expression sur le visage, puis il pinça les lèvres et s'appuya contre le dossier de la chaise en croisant les bras sur son torse, battant une fois des paupières.

Thomas : Je ... A demain.

Il se pencha, mais Bill ne bougea pas, il ne lui tendit pas ses lèvres, alors Thomas se contenta d'embrasser rapidement sa tempe avant de quitter le restaurant sans un regard en arrière. Il leva les yeux au plafond en respirant lentement. Il y avait un problème. Il était heureux d'avoir toute la soirée et la nuit rien que pour Tom, mais Thomas le décevait, et c'était bien ça le problème. Thomas ne devrait pas le décevoir, puisqu'il avait Tom.

Bill refoula ses larmes et posa ses coudes sur la table, cachant son visage dans ses mains. Il était une horrible personne possessive alors qu'elle trompait son conjoint. Il se ressaisit au bout de quelques minutes, quand un serveur vint chercher son assiette vide et lui proposer un dessert. Il choisit une crème brûlée et attendit que l'homme soit trois tables plus loin avant de sortir son portable. Le texto fut court, précis, direct.

« Tu viens ? »

La réponse le fut tout en autant.

« Il est parti ? »

Bill sourit, déjà en train de s'imaginer dans les draps de sa chambre avec Tom.

« Jusqu'à demain midi. »
« J'arrive dans 1O minutes. »

Et là, Bill sourit plus franchement, délaissant ses sombres pensées pour s'abandonner au plaisir de divagations à propos de la soirée à venir.

« Restaurant, table 43. Tu veux un dessert ? »
« Il est parti rapidement mh ? »
« Oui. »
« Un déca stp. »

Bill : Serveur, s'il vous plaît ! Un déca.
Serveur : Tout de suite Monsieur.
Bill : Plutôt dans une dizaine de minutes. J'attends quelqu'un.
Serveur : Bien.


L'homme arrangea la table avant de partir, et effectivement, dix minutes plus tard, Tom passait la pas de la grande porte alors qu'un serveur posait son déca en face de Bill, ainsi que la crème brûlée.

Leurs regards s'accrochèrent et ils se sourirent discrètement. Tom s'installa en face de lui. Ils savaient tous deux qu'ils ne devaient avoir aucun geste affectif l'un envers l'autre ici ; quelqu'un pourrait les voir, et Tom avait été clair là-dessus : il n'était pas question que Thomas l'apprenne d'une autre bouche que lui. Il ne voulait pas passer pour un lâche et laisser le bijoutier l'apprendre autrement. Il était venu chercher Bill, et il en assumerait toutes les conséquences.

Tom : Tu vas bien ? Tu m'as l'air tendu ...

Il but une gorgée, toute son attention portée sur la magnifique créature en face de lui. Le noiraud lui lança un triste sourire.

Bill : On en parlera après si tu veux bien ...

Tom acquiesça et but rapidement sa boisson chaude alors que Bill mangeait son dessert assez rapidement : il avait hâte de monter dans la chambre ...

...

Tom : Alors, que se passe-t-il ?

Ils étaient étendu sur le lit, se papouillant gentiment, et quand Tom posa la question, Bill ferma les yeux de gêne.

Bill : Je ... J'adore, j'aime le fait d'avoir pu passer autant de temps avec toi cette semaine, mais, je ne sais pas ... Quelque chose me dérange dans le comportement de Thomas, il est comme ... je ne sais pas, pas vraiment distant, mais il n'a fait pratiquement que travaillé, et j'ai l'impression que c'est horriblement pénible de devoir resté avec lui. Est-ce que je suis vraiment obligé ?
Tom : Bill, on en a déjà parlé ; tu le quittes quand tu veux, mais attends au moins d'être rentré à Ottawa et de pouvoir aller chez tes parents, histoire de me laisser le temps de m'installer ...


Bill se redressa subitement en sourire.

Bill : T'installer ?!

Tom rit doucement en caressant les hanches de Bill.

Tom : J'ai trouvé une belle maison à Ottawa, et les travaux sont déjà presque finis, encore un peu de patience.
Bill : Mais c'est génial ! Pourquoi est-ce que tu ne l'as pas dit plus tôt ?
Tom : Je ne voulais pas t'effrayer. Tu vois, ça aurait fait beaucoup si j'étais venu te voir en te disant, « Bon Bill, je suis de retour, je suis venu te chercher, je t'aime et je veux qu'on vive ensemble. ». Tu ne penses pas que tu aurais prit peur ?


Bill se recoucha sur le ventre, approchant de Tom avant de coller son corps au sien, se couchant légèrement sur lui.

Bill : Moi aussi je t'aime, et moi aussi je veux qu'on vive ensemble.

Tom sourit à son tour, faisant l'impasse sur le fait que Bill venait d'éluder sa question, et il se releva doucement avant coucher l'androgyne sur le dos, s'étendant ensuite entre ses jambes.

Tom : Alors ça me convient. Il faudra que tu viennes voir la maison bientôt.

Bill hocha de la tête avant que le tressé ne l'embrasse.

Bill : Oui, mais je pense quand même que tu aurais dû me le dire avant ...
Tom : He, il me semble que tu aimes les surprises non ?
Bill : Oui.
Tom : C'était une surprise, je ne pouvais pas te le dire avant.


L'androgyne rit un peu et Tom se pencha pour happer sa lèvre inférieure entre les siennes, la mordillant ensuite gentiment, et Bill se laissa embrasser profondément après ça.

Tom : Je t'aime ... Murmura-t-il tout contre sa bouche.
Bill : Je t'aime aussi ...

Ecriture : 26 & 27 Septembre 2oo9
Publication : o2 Novembre 2oo9


*♥*♥*♥*
By Envy*
*♥*♥*♥*

...

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.92.170.149) if someone makes a complaint.

Comments :

Report abuse