......***** Degré Vingt-huit............

Chapitre 28 :

Dimanche 24 Mai
Maison de Bill & Tom

Ils s'étaient installés dans le canapé du salon, Tom entre les jambes de Bill alors que ce dernier lui appliquait une lotion contre les démangeaisons que ses tresses pouvaient lui causer. Le silence était de mise, seul un léger air de jazz brisait le calme de la pièce. Tom soupira doucement et laissa aller son tête contre le ventre de Bill, penchant légèrement sa tête pour le regarder dans les yeux.

Tom : Billy.
Bill : Oui ?
Tom : Est-ce que ... Est-ce que tu l'aimes encore ?


Les doigts du brun arrêtèrent de glisser entre les rangées de tresses pendant quelques secondes et ses traits se firent pensifs, puis il baissa à nouveau les yeux sur Tom et reprit sa tâche avec encore plus de délicatesse.

Bill : Non.

Tom se positionna comme il faut avant de fermer les yeux.

Bill : Non, c'est toi que j'aime, pas lui.
Tom : Tu ... Tu en es sûr ?
Souffla-t-il en ouvrant les yeux, fixant le plafond.

Bill hocha de la tête même si le tressé ne pouvait pas le voir.

Bill : Bien sûr.

Tom soupira doucement avant d'attraper une des mains de Bill et de lui embrasser le creux du poignet.

Tom : Je t'aime aussi.

Bill se pencha et lui embrassa le front avant de frotter son nez juste sur la base de ses tresses.

Bill : Je t'aime, je t'aime, je t'aime, je t'aime, je t'aime ...

Tom sourit et ferma les yeux.

Tom : Moi aussi, vraiment fort.

...

Bill savait.
Il savait qu'il ne devait pas ouvrir le paquet seul, alors il ne le fit pas non plus. Il attendit jusqu'à ce que Tom rentre, légèrement sur les nerfs à cause d'une dure journée. Il l'enlaça et lui souhaita la bienvenue à la maison avant de l'embrasser tendrement, amoureusement, puis il aborda le sujet.

Bill : Tomi ... On, mh ... On a reçu un paquet. Je ne l'ai pas ouvert, pas tant que tu n'étais pas là. Chuchota l'androgyne.

Tom le serra contre lui et plongea son visage dans son cou, soupirant doucement. Il savait que ça arriverait, ils le savait même tous les deux, mais Tom ne pensait pas que ça arriverait si tôt. Une semaine n'était pas passée depuis leur première et seule altercation. Il releva lentement la tête et fixa quelques secondes l'homme en face de lui dans les yeux avant de poser ses lèvres sur les siennes.

Tom : On va l'ouvrir ensemble.

Bill hocha de la tête et embrassa encore une fois sa bouche avant de disparaître dans la cuisine. Le tressé se débarrassa de son manteau et de ses chaussures avant d'entrer lui aussi dans la pièce où Bill avait disparu il y avait moins d'une minute. Tom se plaça derrière le brun et laissa les mains tremblantes de ce dernier ouvrir le petit paquet. Une boite en velours noir y reposait sagement et Bill souffla longuement avant de relever le couvercle. Quand Tom vit ce qui se trouvait à l'intérieur, il lâcha Bill d'un coup brusque et se détourna, fulminant. L'androgyne se tourna doucement vers lui.

Bill : Tom ?

Le tressé ne répondit pas, mais n'en pensait pas moins. Ses longs doigts se crispèrent sur le dossier de la chaise derrière laquelle il se trouvait.

Tom : Il exagère ... ... IL EXAGERE !

Bill posa le paquet sur le comptoir avant de s'approcher de lui, passant ses bras autour de sa taille et frottant son visage démaquillé entre ses omoplates.

Bill : Tomi, ne sois pas jaloux.
Tom : Je ne le suis pas ...
Dit-il, la gorge nouée et la voix gorgée de larmes.
Bill : Si tu l'es, mais c'est mignon. Ne pleure pas s'il te plaît. Je vais lui renvoyer tout de suite.

Tom hocha de la tête et Bill resserra son étreinte autour de lui après qu'il se soit tourné face à lui. Ils se sourirent et de longs doigts manucurés allèrent essuyer des larmes qui n'avaient pas raison d'être.

...

Bill était allé se coucher depuis presque une heure déjà, et Tom était toujours dans la cuisine, observant cette chose que Thomas avait envoyée. C'était beau, même très beau, il ne pouvait pas dire le contraire, mais pourtant, il détestait cette chose, la haïssait de tout son être. Il avait eu peur que ce bijou magnifique lui prenne son Bill et ne le lui rende plus jamais.

Thomas avait confectionné ce bijou. De nombreux diamants l'ornaient et Tom ne pouvait -ou plutôt, ne voulait- pas s'imaginer le prix de cette petite merveille. Le bijoutier avait créé quelque chose d'exceptionnel et de très certainement unique, et Bill l'avait à peine regardé, il ne l'avait même pas effleurer du bout des doigts. Il y avait jeté un coup d'½il, curieux de voir ce que la petite boite noir renfermait, puis s'était détourné de l'objet comme si à ses yeux, il n'avait aucune valeur. Et ça, Tom s'en souviendrai longtemps. Pour lui, c'était comme la plus belle preuve de fidélité que Bill puisse lui faire. Il ne voulait pas de Thomas, il ne voulait que lui, et pourtant, Tom en venait à jalouser un simple bijou.

Il souffla doucement avant de refermer la boite et de la glisser à nouveau dans la paquet, inscrivant un simple « retour à l'expéditeur » au feutre noir sur le papier craft. Voilà une bonne chose de faite, le lendemain, il porterai lui-même le paquet à la poste avant de partir travailler.

Il hocha une fois de la tête, de façon ferme avant de se détourner enfin du paquet et de rejoindre Bill dans le lit après une douche rapide. Pendant les heures qui suivirent, ils se câlinèrent longuement et puis ...

Bill : Tomi.
Tom : Mm ...


Il était déjà somnolant, seul ses doigts attestant encore de son état de semi conscience : ils couraient gentiment le long du bras nu du brun.

Bill : Est-ce que ... Est-ce que le sexe ... te manque ?

Tom fronça les sourcils et ouvrit les yeux, se rapprochant un peu de l'androgyne nu à ses côtés.

Tom : Un peu ... Mais pas vraiment en fait, pourquoi ?

Malgré la pénombre, Tom pu voir les joues de Bill rougir vivement. Le brun rentra la tête dans les épaules.

Bill : Parce que ... Mm ... J'aimerais ... le faire avec toi ... Et je voulais savoir ... si toi aussi ... tu voulais le faire ... avec moi ... Chuchota-t-il doucement.

Le c½ur du tressé rata un battement et son souffle se coupa. Il déglutit doucement et battit des paupières avant de serrer fort le corps du brun dans ses bras.

Tom : Je ... Oui, je ... Moi aussi je veux le faire avec toi ...

Il pu sentir Bill sourire contre sa peau et lui aussi sourit, heureux que son homme s'offre, s'abandonne enfin complètement à lui.

Bill : Est-ce qu'on va ... le faire maintenant ?

Le tressé rit un peu avant de le serrer encore plus contre son torse.

Tom : Non, pas maintenant. Je préfère qu'on attende un peu et qu'on fasse ça vraiment bien. Ce sera ta première fois, c'est important, il ne faut pas la gaspiller. D'accord ?
Bill : Oui ...


Bill lui embrassa le creux du cou avant de se blottir confortablement contre lui. Dormir ensemble, s'embrasser, se câliner. Et maintenant, ils allaient s'aimer physiquement, ils allaient s'aimer encore un peu plus fort et se le montrer plus souvent, plus intensément ...

Ecriture : 29 Novembre, o2 & o6 Décembre 2oo9
Publication : 21 Décembre 2oo9


*♥*♥*♥*
By Envy*
*♥*♥*♥*

...

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.92.170.149) if someone makes a complaint.

Comments :

Report abuse