......***** One Shot...« Le Fruit de tes entrailles »......

**♥**

Os assez court et triste,
mais j'espère que vous l'apprécierez quand même ...
-xxx-
Envy*

Ps : Je n'ai réussi à finir d'écrire le Chapitre 28,
donc j'ai préféré posté un Os en attendant ...

**♥**

Titre : « Le Fruit de tes entrailles »
Genres : YAOI, Drama, MPreg
Ecriture : 29 Novembre 2oo9
Publication : 3O Novembre 2oo9


Il est mort.
Il n'a pas survécu.

Tom soupire et ferme les yeux.
Comment est-ce qu'il se porte ? Tom ne le sait même pas, mais il voudrait tellement le savoir, le voir, mais il refuse. Il l'a perdu alors il refuse d'affronter Tom et s'enferme dans un silence affolant. Ca fait déjà deux semaines et il est toujours à l'hôpital, il ne veut pas partir. Il ne veut pas quitter l'endroit où il devait donner la vie et leur donner du bonheur. Un fils, un fils qu'il a perdu en cours de route.

Pourtant Tom ne lui en veut pas, Tom ne lui en voudra jamais, il le sait. Il sait que Bill n'y peut rien, qu'il voulait cet enfant aussi fort que lui et qu'il était prêt à aimer leur fils aussi fort qu'il l'aimait lui. Jamais, jamais il ne lui en voudra pour un accident de parcours.

A ses yeux, ce n'était qu'un accident de parcours. Ils pourraient en avoir d'autres, si Bill le voulait, ils en auraient d'autres. Plein d'autres, des dizaines d'autres s'il le voulait. Mais pour parler de ça, il voulait le voir, il devait le voir. Il traversa le long couloir menant à sa chambre, cette fois-ci, sans hésitation, et quand il poussa la porte après avoir toquer deux brèves fois, il pu enfin le voir. Bill tourna la tête vers lui et fronça les sourcils, et là, Tom sentit. Il sentit pourquoi Bill n'avait pas voulu le voir avant : il se croyait faible, il avait l'impression que son corps n'était bon à rien, il se sentait coupable.

Ses magnifiques yeux chocolat se remplirent de larmes et ses lèvres tremblèrent, ses poings se serrèrent sur les draps. Il ne fallu que quelques enjambées à Tom pour traverser la chambre et se retrouver au bord du lit, le corps de Bill blotti contre son torse. Le brun éclata en sanglot.

Il s'excusa, mille fois il s'excusa, Tom le laissa faire quelques minutes, le laissant exprimer sa peine tout en s'agrippant à son gros pull, déversant ses larmes contre le tissu qui sentait la poudre à lessiver, leur poudre à lessiver. Bill pleura encore plus fort en pensant que les vêtements de leur enfant auraient eu la même odeur que celle-là. Le tressé lui releva lentement la tête et embrassa son front, puis ses lèvres.

« Billy, Mon C½ur ... »

De ses pouces, il essuya consciencieusement les nouvelles larmes qui coulaient le long des joues pâles et creuses de son homme.

« Aujourd'hui, je n'ai que toi. »

Le c½ur du brun se brisa et il voulu se retirer de l'étreinte de Tom, mais ce dernier ne le laissa pas faire.

« Mais demain, nous serons trois, quatre, cinq, six, dix si tu le veux. »

Ses lèvres embrassèrent les siennes et il le serra ensuite aussi fort qu'il le pouvait contre son torse.

« Je t'aime Bill et on y arrivera, je sais qu'on y arrivera. »

Bill souffla contre son pull en tentant de se calmer doucement, et grâce aux paroles apaisantes et à la présence de celui qu'il aimait le plus, il y parvint. Il ouvrit lentement les yeux, plongeant son regard apaisé dans celui confiant du tressé.

« Oui, on y arrivera. »

Un an plus tard
Germini-Krankenhaus

Bill était en plein travail et c'était douloureux, vraiment très douloureux, mais malgré tout, il était plus qu'heureux. Il allait enfin donné un fils à celui qu'il aimait.

Tom entra en trombe dans la pièce, ses yeux affolés cherchant son bien-aimé et le détail qui frappa Bill fut le fait que sa cravate était complètement desserrée, pendant mollement autour de son cou. Tom aimait l'ordre, il avait dû être vraiment affolé, cela fit légèrement sourire Bill. Le tressé lui attrapa les mains et les serra aussi fort qu'il le pouvait, comme s'il pouvait absorber la douleur, alors que Bill serrait les cuisses, transpirant à grosses gouttes tout en fixant Tom droit dans les yeux. Oui, ils y arriveront.

« Je t'aime. »

Tom se pencha et lui embrassa le front.

« Je t'aime aussi, sois fort pour moi. Sois fort pour nous. »

Bill hocha de la tête et plusieurs infirmières l'emmenèrent en salle d'accouchement.

...

Ca durait longtemps. C'était tout ce à quoi Tom pouvait penser en marchant dans la salle d'attente, tournant en rond comme un lion en cage. Pourtant, ça ne faisait même pas deux heures qu'il attendait, mais c'était trop, il voulait voir son fils, mais surtout, il voulait voir Bill.

Ils avaient réessayé.
A peine deux mois après la perte du premier enfant, Bill avait décidé qu'il était temps de recommencer. Il voulait donner la vie, il voulait prouver à Tom que tout l'amour qu'il lui donnait n'était pas prodigué en vain. Malgré tout, le tressé était resté assez sceptique, et c'est grâce à cela qu'il avait réussi à retarder l'événement de quelques semaines, puis d'un autre mois, mais finalement, il avait cédé.

Bill était tombé enceinte.
La grossesse s'était passée au mieux ; le brun avait arrêté de travaillé au bureau dans le milieu du huitième mois, préférant assuré la survie de son enfant plutôt que le bon déroulement des nouvelles collections d'automne. Il avait continué à travailler à domicile, et le fait qu'il soit étendu la plupart du temps et coupé de tout stress extérieur avait rassuré Tom a un point inimaginable. Il couvait Bill au point de ne plus pouvoir faire autre chose à part travailler, ses pensées lui étaient toutes destinées. Bill, Bill, Bill, Bill, Bill, et rien d'autre. Parfois, souvent quand il était auprès de Bill, il pensait à leur fils, mais c'était quelque chose qu'il ne faisait que quand il était avec lui. Ils allaient être parents après tout, c'était quelque chose que l'on commençait à deux, que l'on continuait à deux, et que l'on terminait également à deux, et ça, Bill et Tom en avaient bien l'intention.

Quand un médecin au gabarit petit et plutôt fort passa les portes battantes menant aux différentes salles d'opération, Tom releva vivement la tête. C'était leur médecin, celui de Bill, de leur fils, le sien. L'homme releva la tête, le visage neutre, et chercha Tom des yeux. Un imperceptible froncement de sourcils barra le visage du tressé pendant une seconde, puis il se leva et s'avança vers lui.

Il s'approcha de l'homme et celui-ci dû légèrement relever la tête pour le regarder dans les yeux. Le c½ur de Tom battait la chamade et il se dit que, peut-être, si ça avait recommencé, il n'aurait pas la force d'essayer encore une fois. Cependant, le médecin lui donna une vigoureuse poignée de main en souriant doucement.

« L'accouchement s'est passé au moins Monsieur Kaulitz. Toutes mes félicitations, c'est un garçon. »

Les larmes jaillirent sans préambule et il cru mourir de bonheur en entendant cette simple phrase qui lui réchauffa c½ur et âme.

« Est-ce que ... Est-ce que je peux voir Bill ? »
« Il est en salle de réveil, mais je vais vous conduire à sa chambre. Il y sera emmener dans une dizaine de minutes. »
« Merci. »


L'homme lui fit traverser quelques couloirs et monter des étages pendant qu'il lui expliquait le déroulement de l'accouchement. Apparemment, ce serait la dernière étape qui avait pris un peu plus de temps, puisque le rythme cardiaque de Bill avait subitement augmenté, puis chuté, mais à peine une quinzaine de seconde plus tard, il s'était à nouveau stabilisé et les gynécologues présents avaient dû faire preuve de beaucoup de patience et de professionnalisme afin de ne pas lui faire de mal.

Tom déglutit à l'entende de cette drôle d'histoire. Il ne se souvenait pas que Bill avait des problème cardiaques ...

« Mais il n'en a pas. Nous avons fait venir un cardiologue pendant qu'on le recousait et il a vérifié son c½ur ; votre mari n'a aucun problèmes cardiaques. Ca arrive parfois et pas uniquement pendant des accouchements, et il n'en gardera aucune séquelle. »

Le tressé hocha de la tête et le médecin ouvrit une porte, le laissant entrer et le félicitant encore une fois avant de repartir en courant, détachant son bippeur de sa ceinture. Tom se tourna vers la fenêtre et sourit doucement. Là, ils y étaient, ils étaient parents.

Il tourna la tête en entendant du bruit dans le couloir et quand le lit dans lequel Bill se trouvait passa le pas de la porte, il sourit encore plus, les larmes lui montant à nouveau aux yeux. Le brun fut installé au milieu de la chambre et les infirmières sortirent après une dernière vérification, laissant les deux jeunes parents seuls.

Tom s'approcha du lit et laissa traîner ses doigts sur le visage endormi de l'homme qu'il aimait si fort. Il se surprit à imaginer des scènes de bonheur en compagnie de leur enfant –de leurs enfants ?-, et quand les paupières de Bill papillonnèrent à peine quelques minutes plus tard, leurs regards se croisèrent et ne se lâchèrent plus. Tom posa délicatement ses lèvres sur les siennes avant de s'asseoir au bord du lit, caressant amoureusement les longs cheveux brun de Bill.

« Je t'aime ... » Lui souffla-t-il en souriant tendrement.
« Je t'aime aussi ... » Murmura Bill d'une voix rauque.

Une infirmière leur amena Hayden quelques minutes plus tard, et c'est à ce moment précis que Tom se dit que sûrement, si c'était à refaire, il le referait encore, et encore, et encore, et encore ...

« Billy. »

L'androgyne releva les yeux du visage de leur fils pour les poser sur celui de son homme.

« Tu es la meilleure chose qu'il me soit arrivée dans la vie. »

Le brun sourit et embrassa les lèvres de Tom, fermant les yeux et poussant avidement sa bouche contre la sienne.

« Tu es la plus merveilleuse chose qu'il puisse arriver à qui que ce soit dans une vie Tom ... »

Hayden remua dans les bras de son père et Tom sourit, complètement attendri par ses mains si minuscules et son petit visage encore tout fripé. Il passa le bout de son index sur sa petite joue.

« Il est notre sang, notre chair. Le fruit de tes entrailles ... »

Bill sourit et acquiesça doucement, son regard brillant contemplant le visage fatigué, mais heureux de Tom. Oui, ils avaient définitivement réussi ...


*♥*♥*♥*
By Envy*
*♥*♥*♥*

...

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.234.65.78) if someone makes a complaint.

Comments :

  • meilleursennemisth

    07/11/2011

    POurquoi triste XD
    J'ai adoré cette OS X)

    Une nouvelle vie est née et un petit être va enfin leur apporter le bonheur. J'aime cette histoire.
    Merci XD

    Küss
    Morenit@

  • Livres-of-Pumpkin

    22/09/2010

    Oh j'ai adoré vraiment ;)

  • What--Gw3ndI--Gw3nd

    10/06/2010

    trop chou *.*

  • Phoebe57100

    06/05/2010

    Perdre un enfant, je ne sais pas ce que l'on peut ressentir mais, moi, je crois que si ça devait m'arriver, un jour, j'aurais du mal à m'en remettre!
    Heureusement, que c'est un OS et pas une fic, parce que sinon, à tous les coups, j'aurai pleuré!! Mais j'ai vraiment apprécié donc merci.

    Et Hayden, "le fruit de vos entrailles est béni"

  • Yon483

    21/01/2010

    Oh c'était tout Mignon =)

  • Le-Livre-de-pucca

    09/01/2010

    Magnifique c'est tellment touchant.

  • nirvana-angelTH83

    06/12/2009

    très belle histoire...

  • Binoouh

    06/12/2009

    Wow.
    Je n’aurais pas crue que cet Os aurait une telle tournure finalement!
    Mais j'aime comment il se termine. Je le trouvais déjà si triste quand j'ai commencé à le lire!
    Sa m'aurait achevé s'il se serait terminé autrement!
    Malgré le fait qu’il soit court, sa m'empêche en rien qu’il soit intense et touchant.
    J'étais toute émue après l'avoir lu!
    Je l'ai adoré! ^^

  • ele-pinkiu

    30/11/2009

    Ton Os est vraiment bien j'ai adorer c'etais surtout kawaiii

  • delirs-amies-envies-rock

    30/11/2009

    super OS

Report abuse