......***** Prologue...« C'était la dernière fois »......

...


« Se trouve souvent dans Virgile, pour exprimer l'extrême douleur, qui semble tirer ses larmes, ses gémissements, ses paroles du plus profond du coeur. Se dit aussi Imo Pectore. »


...


C'était vendredi. Bill était rentré du travail vers 17h3O, mais lui n'était pas là, comme d'habitude. Comme tous les vendredis, Bill avait préparé un souper qu'il mangerait seul, comme presque tous les soirs depuis trois ans. Il l'aimait, oui, il l'aimait profondément, mais il ne pouvait plus faire face. Il ne pouvait plus porter le poids de la peur, de la ranc½ur et de l'amour.

C'est encore une fois seul qu'il fit sa vaisselle et seul qu'il prit sa douche puis s'apprêta pour se coucher. Il repensa au début de leur relation, à combien il était heureux dans ce bel appartement avec lui, à combien sa relation avec lui le comblait, le satisfaisait à un point inimaginable, mais à présent, ce n'était plus comme ça et il avait peur. Peur de lui, peur du monde, peur de tout. Il ne pouvait plus rester, c'est ce qu'il se disait sans cesse et pourtant, il était toujours là, trois ans après le commencement. Ce qui l'avait fait réagir ? Ses amis avaient essayé, mais sans grand succès, seule sa mère avait réussi. Sa mère qu'il n'avait pas vue depuis trois longues années à cause de lui et qui s'inquiétait pour lui, qui avait réussi à se procurer son numéro de portable et qui l'avait appelé pour la première fois il y avait de cela une semaine.

Bill lui avait tout dit. Combien il l'aimait et combien il se sentait trahi, combien leur relation s'était dégradée et qu'il avait l'impression de vivre avec un inconnu, pire, un fantôme. Elle avait compris, elle avait su lire entre les lignes et déchiffrer ce qu'il n'osait pas dire : il le trompait, il le frappait quand il buvait, il ne le traitait plus comme celui qu'il aimait. Simone avait tout compris. C'est elle qui, au bout du troisième appel passé à calmer ses crises de larmes, lui avait simplement dit « Billy, reviens à la maison. ».

Ça avait été le déclic. Il avait commencé à emballer soigneusement ses affaires et à les entasser dans le coffre de sa voiture, au fur et à mesure, pour ne pas éveiller ses soupçons. Il sortait un sac tous les matins en partant au travail. Bill était écrivain. Il aurait pu travailler chez lui, mais cela faisait déjà presque trois ans qu'il travaillait dans les bâtiments de sa maison d'édition pour ne pas le croiser quand il rentrait parfois à 13h. Il ne supportait plus de le voir, de le voir revenir avec un grand sourire innocent, lui sortir des « je t'aime » et le serrer dans ses bras alors que sur le col de sa chemise, il y avait des traces de rouge à lèvres, que sa veste sentait la femme, le sexe parfois, et que jamais depuis deux ans, il ne s'était couché en même temps que lui.

Ce vendredi-là, quand Bill sortit de la salle de bain, son jogging pendant sur ses hanches trop fines et une serviette dans les mains pour sécher ses cheveux encore humides, la porte d'entrée claqua. Il fronça les sourcils et jeta un coup d'½il à l'horloge digitale sur le mur du couloir. 21h3O. Jamais il ne rentrait si tôt. Bill déglutit et fila dans la chambre sans faire de bruit, il continua de se sécher les cheveux et ne dit pas un mot quand il entra dans la pièce. Il pouvait sentir les vibrations que ses pas lourds envoyaient dans le sol, jusqu'à ses propres pieds nus.

Deux grandes mains calleuses se posèrent sur ses hanches et il sursauta, se retournant d'un coup en se collant à la porte de l'armoire, la serviette lui échappa des mains.

« Bonsoir Chéri. »

Bill fronça les sourcils. Il ne sentait ni l'alcool, ni la femme, ça lui fit peur, réellement.

« Bonsoir. » Répondit-il d'une voix étrange, sa gorge était horriblement nouée.

Il posa ses deux mains de chaque côté de Bill, s'appuyant contre l'armoire pour l'empêcher de partir, le brun se sentit pris au piège.

« Tu vas bien ? »

Bill ne répondit pas de suite, scrutant les pupilles de l'homme en face de lui avec crainte et suspicion.

« Je ... suis fatigué, grosse journée. J'allais me coucher. »

L'androgyne attendit que l'homme se décale, ce qu'il ne fit pas, il déglutit.

« Et toi ? Bonne journée ? »
« Plutôt ouais ... »


Il se lécha la lèvre inférieure et Bill compris. Cette fois-ci, il ne se laisserai pas faire, ça, non. Il poussa un de ses bras tout en continuant de le regarder droit dans les yeux avant de sortir de la pièce, se dirigeant vers la cuisine pour aller boire son verre d'eau, rituel du soir qu'il ne lui connaissait sûrement pas. Bill but en silence avant de laver le verre et de le poser sur l'égouttoir pour qu'il sèche, puis il se retourna et sursauta quand il le vit juste en face de lui.

« Tu es bien nerveux. »
« Je n'ai pas l'habitude d'avoir sans cesse quelqu'un derrière moi quand je me retourne. »
Répondit-il du tac-au-tac.

Bill passa à côté de lui sans un regard et il traversa rapidement le couloir pour aller se coucher. Il l'attrapa par le bras et le retint fermement.

« Qu'est-ce que tu veux ? » Lâcha-t-il d'un ton cinglant.
« Oh, je ne sais pas moi. Tu ne m'embrasses pas, tu ne me dis pas bonne nuit ? »

L'androgyne lui jeta un regard dégoûté avant de tirer sur son bras.

« Non. »

Son poing vola dans sa figure sans prévenir, Bill se retrouva projeté contre le sol, mais il se releva pratiquement de suite, les yeux écarquillés et les paumes égratignées.

« Je disais ; tu ne me dis pas bonne nuit ? »

Le ton était encore plus mielleux et Bill eut envie de vomir. Comment osait-il encore réclamer ce genre de choses de sa part ? Il avait la salope qu'il baisait pour ces conneries de couple. Dans sa tête sonnée par l'impact avec le parquet sombre, c'était déjà fini.

« Non. » Cracha-t-il avec toute la haine dont il était capable.

Un nouveau coup de poing, un nouvel impact avec le sol, la porte claqua, puis plus rien.

...

o3ho7. C'était ce que l'horloge affichait quand Bill ouvrit à nouveau les yeux. Il avait froid et il savait qu'il allait avoir des courbatures dues à sa mauvaise position. Il se releva lentement, la tête lui tournant fortement et c'est en se soutenant au mur qu'il se releva pour aller dans la salle de bain. Une fois devant le miroir, des larmes se mirent à couler le long de ses joues pâles et creuses, l'une d'elles, la droite, allait devenir noire d'ici peu. Il soupira et se rinça la bouche dans l'espoir de pouvoir faire disparaître le goût métallique qui le rendait nauséeux. Il soigna sa lèvre fendue et redressa doucement la tête alors que l'eau froide coulait toujours dans l'évier devant lui. Un regard déterminé qui le surprit presque fut visible dans la glace reflétant ses yeux et il le dit, il en avait besoin.

« C'était la dernière fois. »

Ecriture : 1O Janvier 2O1O
Publication : 18 Mars 2O1O


*♥*♥*♥*
By Envy*
*♥*♥*♥*

...

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.224.100.134) if someone makes a complaint.

Comments :

  • 0x-dark-Night-x0

    19/07/2010

    eh ben =s Pauvre Bill sérieux il mérite pas ça =s Je me demande qui sait le 'il' ^^

  • Age-Of-Piracy

    20/03/2010

    Ho putain j'aime !!!
    C'est excellent ! Sa promet un super travail !
    J'adore vraiment

    Bisous
    Cassouille

  • tomichou006

    19/03/2010

    previen moi stp bizou merci

  • tomichou006

    19/03/2010

    hé bé j'espere que cé pas tom sinon c'est un gros En***é

  • bleibtxmitxmir

    19/03/2010

    Coucou
    J'aime bien
    Ces pour cela que je voudrai être prévenue merci
    Bisous
    cam

  • OS-by-Pops

    19/03/2010

    Ca me donne réellement envie de lire la suite.
    C'est prennant, super bien écrit...
    J'adore vraiment.
    Ca faisait longtemps que j'avais pas eu un tel coup de coeur...

    Xoxo.

    Pops.

  • just-you-and-me483

    18/03/2010

    J'ai hate de savoir si celui qui bat Bill et le rend malheureux est Tom...
    Ou si ce dernier va intervenir après dans l'histoire pour le sortir de là...
    En tout cas une chose est sûre, j'aime déjà beaucoup...
    Le thème est prenant et tu écris toujours aussi bien...
    Donc j'attends la suite impatiemment =)
    Bisouuuus <3

  • deydey503

    18/03/2010

    wow mais j'ai pas compris la fin ^^ y c suicider en se noyant?

  • delirs-amies-envies-rock

    18/03/2010

    super prologue

  • delirs-amies-envies-rock

    18/03/2010

    il faut vite qu'il sorte de là

Report abuse