......***** Chapitre Quatre...« C'était la dernière fois »......

...

Presque un mois s'était écoulé sans le moindre problème. Bill avait recommencé à écrire son livre de façon enthousiaste et avait envoyé son manuscrit à Elisa deux jours auparavant et hier, tard dans la soirée, il avait reçu un mail comme quoi elle était complètement soufflée par son travail. Qui plus est, son beau visage rayonnait de mille feux depuis que sa joue avait désenflé et que sa lèvre s'était refermée. Il était sincèrement heureux.

Tom et lui avaient retrouvé leur complicité de l'époque de leur adolescence et rien ne venait obscurcir le tableau de la vie maintenant beaucoup plus saine et heureuse de Bill. Ses parents se portaient à merveille, Gordon, de sa fonction de Maire de la Ville, travaillait énormément, mais il avait toujours un peu de temps pour passer une soirée tranquille en compagnie de sa femme et de son fils. Enfin, quand ce dernier était là, parce que Bill avait pratiquement élu domicile chez Tom, dans la maison en face de la sienne. Les parents du tressé étaient morts il y avait pratiquement deux ans de ça et il n'avait pas eu le c½ur de vendre la maison, alors il avait vendu l'appartement dans lequel il habitait, tout comme son atelier dans le centre-ville et il était revenu habiter en banlieue, installant son atelier dans les caves de la maison.

Ainsi donc, Bill passait son temps à écrire et à regarder Tom sculpté le cristal, le transformé en quelque chose de superbe, de splendide, d'extraordinaire. Il lui avait dit qu'il attendait qu'une pièce lui tape dans l'½il pour lui en acheter une, la première d'une longue série. Les premières expériences avaient presque toutes été avec Tom, et Bill voulait que celle-là aussi soit exceptionnelle et inoubliable.

Les jours étaient passés sans qu'il ne s'en aperçoivent réellement, ce retour aux sources lui faisait le plus grand bien, il avait de plus en plus envie de rester habiter près de ses parents, et de Tom.

21h. Les tic-tac de l'horloge du salon étaient incessant, mais Simone restait imperturbable, tricotant calmement dans son fauteuil alors que Gordon regardait un vieux film qu'elle suivait d'un ½il. Bill entra dans la pièce après encore quelques minutes.

« Papa, Maman, je fais chez Tom ! Il a loué des films et on va sûrement en regarder avec les autres ! Ne m'attendez pas pour vous coucher ! »
« Ce n'est pas ce qu'on avait prévu ! »
Dit son père en riant de bon c½ur.
« Amuse-toi bien Billy. Si ça finit trop tard, demande à Tom pour dormir chez lui, c'est plus prudent. »
« Maman, c'est la maison en face ! »
« Bill ... »
Dit-elle d'un ton presque menaçant.
« D'accord, d'accord ! Je lui demanderai. À plus tard ! »

La porte claqua et Gordon éclata de rire.

« Simone, c'était un peu exagéré ça ! »

La femme sourit sans quitter son tricot des yeux.

« Plus vite ils seront ensemble, mieux se sera. »

Gordon acquiesça avant d'embrasser sa femme du bout des lèvres.

« Oui, tu as raison. »
« J'ai toujours raison Mon Chéri. »


Ils se sourirent et s'embrassèrent encore.

...

La porte d'entrée venait de claquer derrière lui et un petit sourire ornait ses lèvres alors qu'il descendait les quelques marches qui le menaient sur l'allée sinuant vers le trottoir. Il referma doucement la petite barrière derrière lui et s'apprêta à traverser la route, regardant des deux côtés avant de s'engager. Droite, puis gauche. Il se figea sur place. C'était ... une R8. Une Audi R8. Le voisin n'avait pas d'Audi R8, mais Bill avait connu quelqu'un qui en avait une lui. Son c½ur commença à battre la chamade alors qu'il traversait le trottoir en secouant la tête. Bien sûr que non ce n'était pas lui, il était à Berlin avec sa salope.

« Bill. »

Bill était au milieu de la route quand il se retourna subitement. Il était là, appuyé contre sa voiture, à à peine plus de dix mètres de lui. Il se mit à halter tout en continuant de reculer alors que lui avançait. Il secoua la tête et fila vers la maison de Tom, il pouvait entendre ses pas derrière les siens, il courut et prit même pas la peine de refermer la petite barrière derrière lui.

« TOOOM ! »

Les larmes s'accumulaient dans ses yeux et l'empêchaient presque de voir les marches sous ses pieds. Il tambourina comme un fou contre le bout de bois, se retournant pour le voir franchir l'allée menant à lui à grands pas.

« TOOOOM ! »

Il pleurait chaudement maintenant et quand il posa son pied sur la dernière marche, la porte s'ouvrit d'un coup sur un Tom plus que sidéré par la scène se déroulant devant lui. Georg et Gustav étaient derrière lui et avaient tous deux ce même regard surpris. Bill se jeta dans les bras de Tom en tremblant, convaincu qu'il allait avoir l'audace de l'attraper et de le tirer en arrière pour le faire monter dans sa voiture, pour encore une fois, le faire disparaître de la vie des gens qu'il aimait ici.

« C-c'est ... l-lui ... » Bégaya Bill entre deux gros sanglots.

Les visages de ses trois amis se figèrent avant de devenir extrêmement durs. Ils savaient, tout le monde dans la petite ville savait, mais eux avaient eu le privilège de l'entendre de la bouche de Bill. Bill qui, à présent, tremblait comme une feuille dans les bras de Tom qui s'étaient automatiquement refermés sur son corps trop mince.

« C'est une propriété privée, je vous prierai de bien vouloir quitter mon terrain avant que j'appelle la police. »

La voix de Tom claqua dans l'air et le corps tremblant de Bill contre lui lui donna la force de paraître encore plus fort. Il se redressa, mais l'homme ne sembla pas se démonter. Il lui tendit une main.

« Je suis Andreas Küller. Je veux juste parler à Bill. »

L'androgyne se redressa, mais resta dans les bras de Tom, essuyant ses larmes et son maquillage du revers de la main.

« Je ne veux pas te parler Andreas. »

Un silence plana autour d'eux avant que Georg, le plus baraqué des trois ne s'avance, les poings serrés.

« Je crois que c'est clair non ? »

Andreas lui jeta un vague regard avant de se concentrer à nouveau sur Bill. L'androgyne entendit Gustav retourner dans le salon pour rassurer les filles et faire en sorte qu'elles ne viennent pas dans l'entrée. Todd et Matt revinrent avec lui. Tom avança sur le perron, Bill toujours dans ses bras et referma de moitié la porte derrière lui.

« Vous avez deux minutes, pas plus. »

Le grand blond peroxydé hocha de la tête et se baissa pour placer son visage à la même hauteur que celui de Bill. L'androgyne resta de marbre.

« Bill, je ... Je t'aime et je veux que tu reviennes à Berlin avec moi. Tu me manques et je ne peux pas rester dans l'appartement alors qu'il est vide sans toi. »

Il sortit la clé que Bill avait posée presque un mois auparavant sur ce qui avait été leur table de cuisine, il la lui tendit. Bill secoua la tête et releva le menton, serrant la main de Tom dans la sienne.

« Elle t'a quitté c'est ça ? »
« Non, mais ... Quoi ? De quoi est-ce que tu parles ? »
« De ta maîtresse. Elle t'a quitté, c'est pour ça que tu es là. »


Un lourd silence s'installa entre eux.

« Non Andreas, je ne reviendrai pas avec toi. Je vis ici maintenant, avec Tom et mes vrais amis et tu n'as pas ta place dans ma nouvelle vie. Il n'y a pas, et il n'y aura jamais de place pour un tricheur, un menteur et un alcoolique. »

L'homme resta là, sur le pas de la porte alors que Tom et Bill entraient à nouveau dans la maison.

« Oh, au fait, mes amis sont pacifistes, mais ça va mal se finir si tu restes là. » Dit-il d'un ton joyeux.

Il lui claqua la porte au nez et s'appuya tout contre, face contre le bois alors qu'il pouvait entendre les pas de l'homme qui avait fait partie de sa vie pendant cinq longues années s'éloigner un peu plus à chaque seconde, et le soulagement l'envahit. Il lâcha un long souffle et laissa quelques autres larmes couler. Tom s'avança et l'entoura de ses bras, l'androgyne agrippa ses coudes pour le rapprocher encore plus de lui alors qu'il sanglotait doucement.

« Je t'aime Billy ... »

Bill se tourna face à lui en essuyant ses larmes. Son maquillage avait coulé, ses yeux étaient un peu rougis et il avait cette petite cicatrice blanche au coin de la lèvre qui ne partirait sûrement jamais, mais quand il sourit, les yeux brillants d'amour et de sincérité, Tom pensa qu'il était le plus bel homme du monde et que jamais, il ne devait le perdre.

« Je t'aime aussi ... »

Ce fut la dernière fois qu'il le vit pleurer de peine. Bien sûr, d'autres larmes coulèrent, mais se furent des larmes de joie et de bonheur, de satisfaction et d'émotion. Jamais plus Bill Kaulitz ne pleura de douleur ou de peine, jamais plus. C'était la toute dernière fois ...

Ecriture : 11 Janvier 2O1O
Publication : 15 Avril 2O1O


*♥*♥*♥*
By Envy*
*♥*♥*♥*

...

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.92.170.149) if someone makes a complaint.

Comments :

  • 0x-dark-Night-x0

    19/07/2010

    han c'est vraiment trop chou =D je me doutais un peu que cela devait être Andréas vu qu'il n'a jamais été nommé dans les chapîtres précédents ^^ Fin j'adore =)

  • ernuchterung

    18/04/2010

    Hallo.

    J'ai adorée cette mini fic :)

    Bisous
    Cassouille

  • OS-by-Pops

    17/04/2010

    J'ai adoré cette mini fic.
    Hâte de lire l'épilogue.

    Xoxo.

    Pops.

  • gwendo

    17/04/2010

    J'adore la maman entremetteuse...
    en tout cas j'ai vraiment bien aimé!!! En totalité!

  • Yon483

    16/04/2010

    Ooooh mais c'est trop Beau :)

  • Unangexficxth

    15/04/2010

    C'était vraiment une belle fic :)

    Est-c fini?

  • just-you-and-me483

    15/04/2010

    Et bien on peut dire que c'était juste à temps...
    Je ne pensais pas que Andréas allait faire son retour...
    Mais bon maintenant Bill est entre de bonnes mains...
    Je ne pensais pas vraiment qu'il aurait pu lui arriver quelque chose :)
    Bon j'attends cet épilogue que tu nous les pousse enfin dans les bras l'un de l'autre *-*
    Même si c'est déjà un peu le cas hein ^^
    Bisouuus <3

  • nirvana-angelTH83

    15/04/2010

    ho mon dieu comment j'ai eu peur, j'ai eu si peur qu'il ne l'attrape et l'embarque de force!!!
    quel ordure ce mec, et dire qu'il à osé aller le relancé jusque dans les bras de Tom
    pouh en tout cas super chapitre j'espère que tu nous réserve un joli lemon pour l'épilogue
    pas que ça manque mais... ça fais toujours plaisir ^^
    kissoux Envy
    scratounette

  • ele-pinkiu

    15/04/2010

    J'adore vraiment !! ^.^

  • tomichou006

    15/04/2010

    previuen moi bizou

Report abuse