......***** Prologue...« Oui, Mon Seigneur »......



...


La Fiction principale de cette série étant « Le Pont du Crépuscule »,
ne vous étonnez pas si « Oui, Mon Seigneur » est rapide.
Prenez cela comme un long Prologue ...


...


*Bis Dat Qui Cito Dat*
Il y a de l'orgueil, pour ne pas dire plus,
à faire attendre longtemps ce qu'on pourrait accorder tout de suite :
Bis Dat Qui Cito Dat

« On peut abuser de tout, même des meilleures choses ;
ce n'est pas une raison pour renoncer à faire un bon usage des choses dont d'autres abusent.
Usez, n'abusez pas, le sage ainsi l'ordonne. »
Voltaire*


...

Rien n'allait plus dans la modeste affaire de Gordon Trümper. L'homme, veuf depuis plusieurs années déjà, était marchand sur le marché de Zirah, sa ville natale, l'une des plus grandes villes de Luzik, le continent du Sud.

L'année était celle de 4768 et la terre avait été détruite il y avait bien des années de cela. À présent, les descendants de ceux qui avaient réussi à fuir vivaient sur Misoha, une planète à peu aussi grande que la terre et qui abritait quatre grands continents, tous entourés d'océans aux eaux violentes et aussi sombres que l'âme des dirigeants de la planète. Zirah était la capitale de Luzik, une terre s'étendant sur environ 3O OOO OOO km2, pratiquement aussi grand que l'ancienne Afrique. La lignée royale du continent était celle de la famille Kaulitz, une famille honorable dirigeant ses sujets d'une poigne de fer, mais qui avait toujours veillé à la satisfaction des besoins et des demandes du peuple. D'après ce que Gordon avait entendu, ce n'était pas le cas du peuple de Ghang, le continent de l'Est. Le territoire de la famille Caten était l'un des plus désolé. Les rois jumeaux, ayant récemment accédé au pouvoir, tourmentaient leur peuple sans pitié et cette simple pensée redonnait du courage au modeste marchand malgré tous les problèmes survenant dans sa vie.

Gordon avait un fils, Bill. Le jeune garçon avait dû faire face à la mort de sa mère au tendre âge de six ans et son père avait tout fait pour remplir la figure paternelle, aussi bien que la figure maternelle. C'était ainsi bien connu dans leur quartier de la capitale que Gordon et Bill Trümper étaient deux hommes solitaires, l'un jeune, l'autre plus vieux, mais très attachés l'un à l'autre. Une vie sans son fils n'était tout simplement pas envisageable pour l'homme d'âge mûr.

Quatre jours auparavant, Bill avait atteint l'âge de dix-huit ans, ce qui était généré un grand engouement dans le maigre entourage de la petite famille. Une petite fête avait été organisée et Gordon avait enfin dépensé les économies qu'il gardait pour l'événement : Bill avait reçu une superbe chaîne en or qu'il ne quittait désormais plus. Mais à présent, Gordon regrettait presque de la lui avoir offerte ; son petit commerce allait tellement mal qu'il n'avait pas réussi à payer les taxes royales depuis pratiquement un an à présent et il savait que les huissiers du palais n'allaient pas tarder à venir lui réclamer les dus du royaume. Il s'était chaque jour qu'ils ne soient pas devant leur porte à l'aube. Gordon déglutit en fixant la table en bois devant lui. La petite maison qu'il partageait avec son fils était humble, ils ne possédaient que le strict minimum pour vivre et ne pouvaient donc rien céder au Roi.

Il s'affaissa un peu plus dans sa chaise et laissa son visage reposer dans ses mains. Il devait se reprendre, Bill ne savait rien de leurs problèmes d'argent et il n'allait pas tarder à revenir à la maison ; Gordon l'avait envoyé faire les courses presque une heure auparavant. Il frotta son visage fatigué de ses deux mains calleuses et soupira longuement avant que la porte d'entrée ne s'ouvre.

« Papa, je suis rentré ! »

Gordon sourit. La voix de Bill le mettait toujours de bonne humeur ...

...

Le lendemain à l'aube, Gordon fut réveillé par des coups puissants cognés contre la porte d'entrée et il su, il su que le jour était venu. Il se leva et se pressa de s'habiller avant de se rendre dans l'étroit couloir menant à l'entrée de l'habitation, son c½ur cognant fort dans sa poitrine. Il expira rapidement avant d'ouvrir la porte, fixant pendant une nanoseconde l'homme en face de lui. Il était assez grand, blond et ses yeux bleus semblaient vous glacer le sang en un seul regard. Gordon se racla la gorge.

« Que puis-je pour vous Messieurs ? »

Les deux gardes encadrant l'homme se redressèrent et l'homme à leur centre sortit de sa poche une tablette digitale avant de prendre la parole.

« Gordon Trümper ? »
« C'est bien moi. »
« Je suis Andreas Keller, huissier du Roi. »


Il s'y attendait, mais son c½ur rata tout de même un battement, puis il s'effaça pour laisser les trois hommes entrer.

« Je vous en prie. » Souffla-t-il.

Les hommes entrèrent et Gordon referma la porte derrière eux, les invitant dans le minuscule salon de la maison. L'huissier s'assit sur le petit canapé et Gordon s'installa sur le fauteuil en face de lui.

« J'imagine que vous savez pourquoi je suis ici ? »

Gordon hocha de la tête, mais resta silencieux. Comment aurait-il pu l'ignorer ?

« Mm, vous n'avez pas payé de taxes royales depuis douze mois exactement. Votre dette est donc de 1638 crédits. Avez-vous cette somme ? »
« Non ... »
Murmura l'homme en baissant la tête.

Keller hocha une brève fois de la tête.

« Bien, j'imagine donc que vous savez que nous acceptons les payements matériels également. »
« Oui, je le sais, mais je ne peux malheureusement rien vous céder. Je ne possède que le minimum vital dans cette maison. »
« C'est ce que j'ai constaté en entrant. Avez-vous des placements ou autres épargnes ? »
« Non. »
« Des biens de valeurs ont vous pourriez éventuellement vous séparez ? »
« Pas que je sache, non. »


L'homme soupira avant de relever les yeux vers Gordon.

« Je vois dans votre fichier que votre commerce est la cause de vos problèmes. »
« Oui, c'est le cas. »
« Le famille royale vous retire votre bâtiment pour le vendre à son profit et si vous l'accepter, peut vous offrir un poste au palais, mais cela ne remboursera qu'un quart de la dette. »
« J'accepte ... »
Souffla Gordon.

L'huissier hocha de la tête avant de présenter la tablette à l'homme en face de lui, lui tendant également un stylet. Gordon signa en bas du contrat après une rapide lecture, apprenant qu'il venait d'accepter un poste de cuisinier du palais vu son ancien statut de vendeur de fruits et légumes.

Les armures des gardes clinquèrent légèrement alors qu'ils changeaient de position et des pas feutrer se firent entendre dans le couloir venant des chambres. Gordon se redressa et se leva rapidement.

« Veuillez m'excuser une seconde. »

L'huissier hocha de la tête et le laissa quitter la pièce. Gordon intercepta Bill dans le couloir.

« Bill, retourne dans ta chambre s'il te plaît. »
« Mais Papa, il est temps que je mange pour aller au marché ! »
« Nous ... Nous n'irons plus au marché, j'ai vendu le commerce. »
« ... ... ... Oh ... ... Qu'allons-nous faire à présent ? »
« Je t'en parlerais plus tard. Retourne dans ta ... »
« Monsieur Trümper ? »


Gordon fit volte-face, cachant Bill du regard inquisiteur de l'huissier.

« Oui ? »
« À qui parlez-vous ? »
« À ... mon fils. »
« Papa ? Que se passe-t-il ? »


Bill eut la mauvaise idée de se poster à côté de son père en tenant son bras d'une de ses mains fines. Le jeune homme n'était pas encore habillé par sortir, il ne portait qu'un large t-shirt et un boxer, laissant ses longues jambes nues et pâles au regard soudain presque joyeux de l'huissier.

« Monsieur Trümper, » Commença l'homme. « je pense que je viens de trouver un excellent moyen de payement pour votre dette ... »

Ecriture : o1 Mars 2O1O
Publication : 3O Septembre 2O1O


*♥*♥*♥*
By Guess' ® & Envy*
*♥*♥*♥*

...

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.224.100.134) if someone makes a complaint.

Comments :

  • 0x-dark-Night-x0

    31/10/2010

    J'adore =) pauvre Gordon n'empêche =$

  • Des-Bill-Ich-Th

    03/10/2010

    salut
    j'aime déjà le prologue qui donne envie de lire la suite a+ bisou

  • marine

    02/10/2010

    Et bah ce prologue est des plus prométeur vraiment hate de découvrir la suite

  • Billsaw

    02/10/2010

    magnifique ce début
    hate de lire la suite pour savoir ce que l'avenir réserve pour billou
    Vos écrits sont toujours magnifiques
    kiss

  • Célia

    01/10/2010

    C'est hyper trop bien. Je suis fan, fan, fan. Et énervée, énervée, énervée. Vivre avec les loups était vraiment génial et je me souviens avoir trépigné d'impatience à chaque fin de chapitre en priant pour que les jours passent vite pour que j'aie enfin la suite. Du coup, pour "oui, mon seigneur...", j'me suis dit "j'avais attendre un peu qu'elle poste plus de chapitres, comme ça, ça m'en fera plus à lire d'un coup". Mais ça a pas marché. J'suis passée sur ton blog, comme ça, pour voir. Mes doigts ont cliqué sur le prologue, comme ça, pour voir. Et j'ai lu. Je regrette parce que maintenant je vais encore devoir une loooooongue semaine qui me semble déjà interminable, mais je regrette pas parce que c'est parfait. Et je sens que je vais encore grave kiffer, putain, je sens vraiment l'histoire géniale qui pointe le bout de son nez là, j'ai l'impression d'avoir un joyau sous la main. Envy, Guess, bravo et merci. Vous êtes vraiment très talentueuses, putain vous vous rendez compte de l'état de surexcitation dans lequel je suis là ?! x)

  • lapucedebill

    01/10/2010

    ah non je sens que sa va ete bill le moyen de paiement jaime bin

  • MaWine

    01/10/2010

    Et c'est partit pour une nouvelle aventure! Je suivrai celle-ci avec le même intérêt que les précédentes!

  • nirvana-angelTH83

    30/09/2010

    Oui style une hypothèque sur le Billou =P

    Bill dans une situation impossible???
    Bien sûr que j'aime ^^

    kissoux Envy

  • xlove-x47

    30/09/2010

    *-* rien ke le prologue donne envie , me tarde jeudi prochain un truc de fou xDDDD
    jadore =)
    bsx

  • Reves-Lugubres

    30/09/2010

    rrrr Mon dieu comme ca à l'air alléchant !

Report abuse